Un après-midi dans l’univers de la data au Data Festival 2018

picto satisfaction client opacitypicto expérience client opacityPicto Smart Data reduit Persopicto notre sélection opacity

La data, cela fait rêver, peur, fantasmer, travailler, …mais c’est aussi un formidable potentiel pour les consommateurs comme pour les sociétés.

Si aujourd’hui vos plateformes médias préférées sont capables de vous proposer le programme qui vous correspond, c’est parce qu’elles ont stocké ce que vous aimiez regarder, elles vous ont demandé vos préférences et elles ont analysés ce que les autres aimaient lorsqu’ils regardaient les mêmes émissions ou séries que vous.

Mercredi dernier, lors du Data Festival 2018, annonceurs et prestataires se sont relayés tout l’après-midi pour échanger sur le pourquoi et le comment les datas permettent :

– de mieux connaître ses clients ;
– de cartographier les parcours clients ;
– de prédire les parcours clients ;
– de personnaliser les offres ;
– de créer de la valeur dans la relation client ;
– de donner aux vendeurs les moyens d’être plus performants et confiants dans leur démarche.

…tout en intégrant les contraintes liées à la réglementation RGPD et les potentialités de l’Intelligence artificielle pour aujourd’hui et demain.

Je vous livre les 5 notions essentielles que j’ai retenues de tous ces échanges :

  • La connaissance client : un pacte entre le client et l’entreprise

Pour aboutir à un service omnicanal fluide, il convient de pouvoir identifier le parcours client global en collectant de l’information individuellement pour chaque client.

Des expériences de tracking en magasin ont été mal perçues par certains clients des Galeries Lafayette, nous a expliqué El Mustapha Barkani, Data Scientist Manager – Marketing & Digital, et il a été nécessaire de faire machine arrière.

Les clients ont besoin de comprendre pourquoi ils fournissent leurs données et surtout Lire la suite

La prospection téléphonique comme « irritant »du parcours client ?

De nombreux articles nous expliquent que la prospection téléphonique n’est plus un outil de vente efficace. Et pourtant, depuis deux semaines, les fournisseurs d’énergie se mobilisent pour me faire gagner de l’argent par une prospection téléphonique intense sur mon téléphone portable !

Le script est plus ou moins le même : « je suis la société XXX et je vous appelle pour étudier une optimisation de vos dépenses d’électricité (ou de gaz) ! ». La proposition de rendez-vous téléphonique est faite dès l’objection de manque de temps!

L’intention est bonne MAIS la forme n’y est pas ! Lire la suite

Qui se cachent derrière vos persona ?

picto satisfaction client picto expérience client opacity Picto Smart Data reduit Perso  picto notre sélection opacity

Ils semblent être réels, on les appelle par leur nom, on publie leur photo et toute leur intimité nous est dévoilée. La méthode des persona, créée par Alan Cooper, vous permet de caractériser les groupes de clients les plus représentatifs de votre marque.

Vecteurs de communication et de construction de vos plans marketing, ils sont les synthèses de vos clients. Ils en sont les portes drapeaux et doivent mettent en évidence leurs attentes, leurs comportements d’achats, leurs caractéristiques signalétiques : tout ce qui est le plus marquant. A partir de ces persona, les parcours clients peuvent être optimisés afin que leurs points d’attente soient optimisés et que leur expérience utilisateur soit la plus enchanteresse possible.

Alors comment créer vos persona qui serviront de référent à vos équipes ?

Pour créer vos segments de clientèle il faut d’abord collecter le plus d’informations possible sur l’ensemble des clients : à quoi sont-ils sensibles?, quels sont leurs habitudes, leurs comportements, leurs attitudes, leurs dépendances à vos produits ?… et, cerise sur le gâteau comment les identifier? Lire la suite

Il faut prendre soin de l’expérience client en boutique !

picto satisfaction client picto expérience client opacity Picto Smart Data reduit Perso picto notre sélection opacity

Malgré une croissance entre 12 et 15% par an, le e-commerce ne représente encore que 9% du commerce marchand total (source Ferad, IFM, Nielsen, Les Echos ).  Certes, les disparités entre les secteurs sont immenses, de 5% pour l’alimentaire à 44% pour le tourisme mais les boutiques résistent et même les marques digitale native comme Sézane ou Le Slip Français par exemple, ouvrent des boutiques !

Le dernier article paru sur INFLUENCIA cette semaine annonce même que les Millenials aiment acheter en boutique. « Aujourd’hui, commerce physique et Internet coexistent, même dans les pratiques de consommation des Millennials qui aiment les grands centres commerciaux plus que l’ensemble de la population (74% contre 65%) »

Alors pourquoi les boutiques résistent ? Quels sont les points de vigilance à mettre en place pour qu’elles continuent à nous enchanter ?

Nous avons identifié trois grandes raisons en analysant les résultats de milliers de questionnaires saisis par les clients d’enseignes et de centres commerciaux avec qui nous collaborons :

La première raison est sans doute l’habitude !

Le consommateur a inclus son passage en magasin dans son rythme de journée, semaine, mois…  Il ne se pose pas la question, jusqu’à ce qu’un jour, un ami, une publicité, un article sur les réseaux sociaux ou un changement dans sa vie, ne l’incite à tenter l’expérience.

Et là, si le consommateur ne ressent aucun manque, voir au pire, en ressent du plaisir… il ne reviendra pas à son ancienne habitude, ou moins souvent !

Il est donc indispensable de créer un lien affectif entre le client et la boutique pour qu’il ressente le besoin d’y revenir. Fluidifier le parcours client par le développement des dispositifs digitaux attendus par les différents personnas – web-to-store (e-reservation, click&collect, évènement communautaire… ) et store-to web (bornes, tablette vendeurs, pop up store connecté…) – rendra l’expérience client plus attractive. Lire la suite

Renvoyer le client d’un magasin sur internet …ça m’énerve !

 

Le week-end dernier, une amie Lyonnaise vient passer le week-end à Paris avec sa fille de 16 ans. Dimanche, sa fille insiste plusieurs fois pour que nous passions dans une boutique parisienne pour acheter l’article d’une marque qu’elle avait découverte sur Instagram.

Un quartier cossu, une rue déserte,  pas un seul magasin et, tout d’un coup, nous apercevons une petite boutique toute neuve !

Dans la boutique, 4 portants avec quelques modèles de T-shirts et de Sweats. Un décor qui tranche un peu avec la musique rap très forte.

Mais que faisons-nous tous dans cette petite boutique du 7ième arrondissement de Paris, un dimanche après-midi ?

C’est ce que tous les parents semblent se demander, en échangeant des regards un peu hagards, tous suiveurs de leurs enfants qui savent très bien ce qu’ils viennent chercher.

Curieuse, je demande au vendeur qu’il me parle un peu de sa marque et, en levant à peine le nez de son portable, il me dit : « et bien allez voir sur Instagram, vous allez comprendre ! » Lire la suite

Pourquoi associer Etude Qualitative et Visite mystère ?

picto satisfaction client opacity picto expérience client Picto Smart Data reduit Perso picto notre sélection opacity

« Le client mystère ne devrait-il pas s’appeler le client qui éclaire ? », telle était la conclusion de Jérome Pouponnot dans un article publié en 2009.

Je partage tout à fait ce point de vue car les résultats des visites mystères apportent des enseignements indispensables aux équipes dans la gestion actuelle et future de leur relation client.

Il convient cependant, pour cela, de ne pas cantonner la visite mystère en une simple mesure du respect d’une charte ou d’un parcours client, mais d’y intégrer des éléments plus qualitatifs sur le ressenti, l’émotion et la capacité du vendeur d’amener le client dans sa zone d’épanouissement personnel. La construction de la grille d’évaluation et le choix du client mystère sont donc des éléments essentiels pour obtenir une mise en œuvre opérationnelle des résultats.

Une étude qualitative, en amont de la phase de création de la grille (ou de modification si cette dernière existe déjà), permet d’identifier les attentes des clients qui viendront enrichir la grille au niveau du scenario, du parcours client et des critères mesurés. Bien sûr, les avis clients et les verbatim collectés lors d’enquêtes de satisfaction permettent déjà d’enrichir la connaissance client, mais l’étude qualitative va au-delà, de par son format qui fait rentrer le consommateur dans un processus de créativité et de libération de ses repères classiques. Les clients ont alors exprimé des attentes auxquelles ils ne pensaient pas, étant souvent fidèles à la marque par habitude, facilité, proximité.
Lire la suite

Faut-il supprimer ou accompagner les points de douleur de vos clients?

picto satisfaction client picto expérience client opacity  Picto Smart Data reduit Perso picto notre sélection opacity

Selon Bertrand Bathelot, professeur agrégé de marketing, la notion de point de douleur client est la traduction française du fameux « pain point » en langue anglaise. Le terme de point de douleur client désigne généralement un moment « douloureux » ou mal ressenti dans son expérience d’achat ou d’usage d’un produit ou d’un service.

Pour Olivier Mokaddem, directeur de l’agence de Recherche Utilisateur & Stratégie Utilisateur Fast & Fresh, le point de douleur est quelque chose d’intérieur qui traduit une rupture de flux entre la marque et le consommateur et qui peut avoir pour conséquence soit la fuite vers d’autres marques, soit la fidélisation car la marque a réussi à faire évoluer le consommateur en le faisant s’élever un peu.

S’il est connu que l’encaissement et la file d’attente est un point de douleur pour quasiment tous les consommateurs, il est plus difficile de les déterminer au niveau de l’individu.

Dans un premier temps, il est indispensable d’identifier les points de douleurs Lire la suite